Le 09/11 dernier (2017), les serveurs d'OVH ont connu une grosse panne qui a mis dans le noir plus de 3 millions de sites français, dont plusieurs assez en vue (BFM Business, Interflora, Nexity, etc.) L'hébergeur OVH est tout de même le 5ème acteur mondial de l'hébergement web... mais là, pas de bol, ils ont eu en quelques heures une cascade de problèmes (coupure EDF !!) et le redémarrage des services, malgré une annonce de rétablissement à 99% dans la journée, n'a pas été aussi rapide pour tout le monde. Autant mes services "mutualisés" hébergés chez eux ont vite redémarré, autant mon VPS (serveur virtuel personnel) est resté à l'arrêt et inaccessible 4 jours complets !!! Quelques enseignements à en tirer...

La première chose à dire est qu'OVH n'a pas eu de bol et je ne les blâme pas : on peut tous se prendre une tuile... Et leurs équipes ont fait un boulot énorme, travaillant jour et nuit pendant les 48 heures suivantes... Mais autant 99% des usagers ont pu être vite remis en route, autant quelques 1% dont je fais partie, sont restés en rade pendant plusieurs jours (4 jours complets sans aucun accès au VPS au moment où j'écris ces lignes) ! Ceci est l'occasion de quelques réflexions...

Avoir en local ce qu'il y a sur son serveur

Je fais des sites web depuis plus de 10 ans... et l'expérience m'a déjà montré tout l'intérêt d'avoir des solutions robustes et si possibles d'abord développées en local et ensuite mises en ligne. Et heureusement pour moi dans le cas présent !! Si mes services hébergés sur mon serveur VPS n'étaient pas disponibles en local également, impossible d'y avoir accès !!

Là, une fois passé le délai "raisonnable" d'attente de la remise en route du service chez OVH (2-3 j quand même... car une ré-installation complète c'est long aussi 2 ou 3Go à uploader... ) et n'ayant toujours pas accès au VPS après 4 jours (!!!), j'ai pu tout simplement réinstaller l'ensemble de mes sites et services (8 en tout) sur un autre VPS chez un autre hébergeur français chez qui j'ai déjà un VPS dont je suis content (scaleway en l'occurence). Heureusement que je n'utilise que des ressources "simples" et tournant toutes en local, sinon, cela aurait tout bonnement été impossible sans les backups du VPS OVH...

A noter qu'au passage, à prix égal, le nouveau serveur est un dual core (contre 1 coeur sur le VPS précédent) et l'espace disque passe à 50Go.

Dans le pire scénario, on pourrait imaginer une perte totale des data du VPS... çà m'est arrivé une fois avec un hébergeur sur un cloud... donc, c'est possible !!! Et dans ce cas, si on n'a pas en local, c'est mort !

Remettre en cause la "centralisation" des services

Je suis personnellement assez critique vis à vis des services centralisés (Google Docs, Facebook, Dropbox, ...) car je considère que cela constitue une régression conceptuelle vis à vis de la notion de réseau : si un acteur "central" tombe, de nombreux utilisateurs sont impactés. Je préfère les services décentralisés tels que BitTorrent ou encore Diaspora pour ne citer qu'eux.

Le cas d'OVH est un peu particulier en ce sens qu'il ne constitue pas un service centralisé unique en tant que tel... mais avec le temps, cet acteur a mine de rien de fait "centralisé" l'hébergement des sites et cela pose donc problème si un tel acteur a un souci majeur comme cela vient de se produire. Si la raison du problème était une destruction physique des serveurs (attentat ou autre accident industriel)... on ose à peine imaginer le fiasco résultant... et pas pendant 1 matinée du coup !

Donc, partant de ce constat, et sans aucune animosité envers OVH qui a selon moi traité au mieux la crise, je considère que la question se pose de la centralisation des services... En clair, ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. J'ai déjà une politique de ce type (ma boutique en ligne est chez un fournisseur de service différent de l'hébergeur, j'ai un mutualisé qui n'est pas chez OVH, etc. )... et malgré tout, je me retrouve dépendant de l'acteur OVH car il a une position centrale... J'ai des VPS chez d'autres hébergeurs pour d'autres usages... et du coup, j'ai réinstallé mes services sur un VPS de cet hébergeur et simplement repointé le nom de domaine vers ce nouvel hébergement.

On voit au passage aussi tout l'intérêt de pouvoir facilement installer un serveur indépendamment d'une ip.. ce que propose ledit hébergeur d'ailleurs.

Remise en cause du "tout en ligne"

La tendance est au "cloud", au web "dans les nuages"... et pas mal de gens ont des services domotiques qui sont connectés et certains semblent-ils ont été "bloqués" pour la gestion de leurs installations à domicile ! C'est un comble... mais celà montre tout l'intérêt de penser "local" lorsque l'on pense service domotique et autres, l'accès distant ne devant pas être obligatoire mais doit rester second ou "accessoire" pour ainsi dire... Si on ne peut plus régler son chauffage ou ouvrir ses volets parce que çà passe par un serveur qui est à plusieurs centaines de kilomètres de chez soi, c'est complètement débile... !!

Les data dans les nuages (le cloud), why not... mais garder les pieds sur terre (en local) !

Il faut un contrôle localisé des dispositifs, qui peut le cas échéant envoyer des data en distant, mais le distant ne doit pas être bloquant si il est down... On a les raspberry Pi ou équivalent qu'il faut pour çà de nos jours.

Un bon article sur çà ici

Maîtriser techniquement ses outils webs

Pour éliminer toute dépendance à des tiers (et donc pour ne pas avoir de frais de remise en route, etc.) pour se dépanner, il est impératif de maîtriser sa chaîne technique pour pouvoir réagir et s'adapter rapidement. En clair, il faut pratiquer régulièrement les procédures d'installation d'un VPS "from scratch", de sa sécurisation, des services qu'on utilise, etc... pour pouvoir le faire le jour où cela est nécessaire sans être trop "perdu".

Il est intéressant d'avoir également une "unité" des outils avec lesquels on travaille : être sous Debian en local par exemple donne l'habitude de travailler avec... et retrouver la même distribution lorsque l'on est sur le serveur distant fait que l'on n'est à peu près à l'aise ! Il serait illusoire de tenter d'installer un VPS sur un système que l'on ne connaît pas bien...

On potentialise au passage ses savoirs-faire à "tous les étages" pour ainsi dire. Travailler sur un Raspberry Pi régulièrement en mode SSH + accès distant X2Go par exemple est un bon exercice pour çà !

Là encore, on retrouve la notion de robustesse et de sécurité ce qui passe par une bonne connaissance et habitude des outils utilisés !

Suivi de la remise en route des services du site sur le nouveau VPS :

  • Site principal www.mon-fablab.fr : fait 12/11/17
  • Site machine OMM Prusa i3 : fait 12/11/17
  • Site machine OMM PRO : fait 12/11/17
  • Site machine OMM PLUS : fait 12/11/17
  • Site du cloud des documentations : fait 12/11/17
  • Blog du site principal : fait 12/11/17
  • Blog des réalisations : fait 12/11/17
  • Site du wiki : fait 12/11/17

Conclusion

Mon site principal a été 4 jours complet "offline" en raison d'un évènement technique majeur ayant touché OVH et j'ai pu me réinstaller sur une autre instance de VPS ailleurs car j'ai tout en local : ouf !

Au passage, recadrage de certains choix techniques et confirmation des choix déjà faits pour l'essentiel.

Article suivant