Le montage mécanique est on ne peut plus simple : le module vient se fixer à l'aide d'un support + aimants à l'arrière de n'importe quel moteur NEMA 17. En 5 minutes, c'est monté ! Et très souple d'emploi en pratique. Fixation par vis possible également.

Logiquement, le module uStepper dispose :

  • d’une sortie moteur sur bornier droits
  • d'un bornier pour l’alim’ moteur (qui devra être amenée jusqu’au module donc jusqu’au moteur). Noter que l'alim moteur peut fournit aussi l'alimentation de la logique.
  • des broches EN/STEP/DIR pour utilisation en mode « driver » (qui devront être amenées jusqu’au module donc jusqu’à moteur)
  • d’un connecteur micro-USB, pour la programmation initiale et éventuellement le recueil de données pendant le mouvement
  • de 3 cavaliers de sélection du microstepping utilisé

On pourra être surpris de voir que la communication USB et/ou le microcontrôleur de contrôle sont optionnels : en pratique, la communication USB n'est utile que pour la programmation intiale du module uStepper ou le recueil d'information. Et le micro-contrôleur externe n'est indispensable qu'en cas de contrôle par un microcontrôleur+firmware externes, le module étant sinon capable de fonctionner en autonomie par exécution du programme interne.

Le module dispose d'un brochage sur bornier droit femelle peu ou prou similaire à celui d'une carte Arduino, à quelques broches en moins. Les broches "clés" en mode "dropin" (= usage d'un microcontrôleur externe) sont les broches 2 (EN), 3 (STEP) et 4 (DIR).

Les différences avec une carte Arduino UNO sont :

  • 2 broches numériques en moins (12/13)
  • 4 broches analogiques (au lieu de 6)
  • le report de la communication I2C sur les broches 6/7 (au lieu de 18/19)

Pour le reste c'est identique, notamment 6 broches PWM dispo !

Vous êtes à l'aise avec Arduino ? Vous serez dans votre élément avec le uStepper !

Vous vous demandez peut-être à quoi peut servir un tel bornier ?? Et bien :

  • en mode "autonome", ce bornier permet d'adjoindre des capteurs et autres éléments commandés au module, mais cela n'a rien d'obligatoire.
  • en mode "dropin" (=contrôle par microcontrôleur+firmware externes), ce bornier facilite la connexion avec le micro-contrôleur. Mieux, un minishield de connexion existe qui permet de remplacer de façon transparente un pololu.

  • Pour la logique de commande : les caractéristiques électriques sont peu ou prou idem une carte Arduino, à savoir 40mA max/broche E/S et surtout 200mA max cumulé.
  • Pour le driver de moteur : jusqu'à 2A par phase, réglable par mini-potentiomètre comme pour un pololu classique
  • Pour l'encodeur, noter la résolution de 12 bits (4096 tics / tour) soit une précision théorique de 0,08° !

Et voici la connexion de l'alimentation :

Le réglage du micro-stepping de fait comme pour un pololu : via 3 cavaliers. Le module est livré en mode 1/16 par défaut. Voici la table de vérité de réglage en cas de besoin.